Tour de conduite

Le facilitateur ou un volontaire « prend la main » (le pouvoir de conduite peut être manifesté par un objet) et conduit seul un·e circlesong.
Au bout d’un certain temps (pré-défini ou non), à priori sans tout arrêter, la personne qui a la main la cède, soit en désignant une autre personne (et en lui donnant alors l’éventuel objet), soit en revenant dans le cercle en attendant qu’un autre volontaire s’avance (en laissant l’objet au centre sur le sol).
Chaque personne va ainsi tour à tour au centre du cercle pour y faire ce qu’elle souhaite : simplement écouter en silence, danser, improviser en solo, arrêter tout ou certaines parties, redonner de nouvelles parties, faire évoluer ou basculer. Ou bien le facilitateur peut donner des consignes particulières, comme par exemple devoir arrêter au moins une boucle/partie et en redonner au moins une (ou bien n’en redonner qu’une seule).
Le tour s’arrête soit quand tout le monde est passé, soit quand le facilitateur estime qu’un temps de repos serait bienvenu.

Notes de Gaël : ma formule préférée consiste à avoir un objet qui représente le pouvoir de conduite (et parfois j’ai un deuxième objet similaire que je garde pour moi afin de justifier que j’intervienne parfois en même temps qu’un autre meneur). Je prends l’objet (ou les deux objet) et je démarre un·e circlesong assez simple (et plutôt lente). Puis assez vite (environ une minutes ou deux) je vais donner l’objet à une personne dans le cercle. J’ai expliqué en amont que l’on n’avait pas le droit de refuser l’objet, mais qu’en revanche on était libre de le redonner immédiatement à quelqu’un d’autre si on ne voulait pas mener. J’ai aussi précisé que j’allais chronométrer chaque nouveau meneur et que si la personne gardait la main plus de X minutes (3 minutes le plus souvent), je viendrais gentiment l’inviter à passer la main. Je ne donne aucune consigne à la personne au centre, elle peut faire tout ce qu’elle veut dans la limite de ces trois minutes maximum, y compris écouter un moment en silence avant de redonner la main sans avoir chanté. Pour avoir essayé plusieurs formes différentes de ce jeu (désigner le meneur suivant, avoir le droit de refuser ou non, laisser qui veut y aller, un mélange de tout ça, sans limite de durée, avec un minimum de durée, en étant obligé de chanter ou non, en devant arrêter au moins un certain nombre de parties, en devant redonner au moins un certain nombre de parties, etc), c’est vraiment la forme décrite ci-dessus qui me plaît le plus.
L’exercice peut être très fatiguant, en particulier si les gens n’ont pas l’habitude des circlesongs, si on est en fin de journée, si on n’a pas assez encouragé la recherche de confort dans la répétition, si on chante fort tout le temps, si on ne change pas de temps en temps de tempo, d’accords, etc… Outre le fait d’intervenir sur les points précédents, par exemple en demandant de baisser le volume ou en allant conduire une nette transition, j’essaye maintenant d’éviter de faire ce jeu d’un seul coup en une énorme session de par exemple jusqu’à 30 minutes… Je préfère l’entrecouper d’autres petits jeux simples, rapides et récréatifs, ou de petites pauses en silence.

Sources multiples

Laisser un commentaire