GOGO (& variantes)

GOGO EN DUO / GOGO ORIGINAL

Deux personnes sont face à face. Les autres personnes peuvent s’assoir pour écouter, soit en cercle, soit rassemblées d’un même côté. Personne A (la « goguante ») dit « go » à la personne B (la « goguée ») avec un éventuel geste de la main, et B se met instantanément à chanter. B cherche rapidement une boucle et la tient ensuite sans la modifier (ou alors juste de légères nuances et variations). Dès que A croit avoir compris la boucle, elle improvise librement par dessus (solo, harmonie, beatbox, peu importe) pendant environ 10-30 secondes, puis elle arrête A d’un geste et s’arrête également en même temps. Dans les secondes qui suivent, A dit à nouveau « go » à B et la même chose recommence, si possible dans une autre ambiance. Le nombre de répétitions peut soit être déterminé à l’avance (par exemple 3 fois en tout) ou bien être laissé au choix de la goguante ou du facilitateur.

Notes de Gaël : Lorsque je propose ce jeu dans un groupe, je commence souvent par expliquer l’idée de démarrer une boucle instantanément en entendant « Go », puis je demande à tout le groupe de le faire en même temps à mon signal, trois fois de suite. Puis j’invite une personne à venir essayer le rôle de goguée, je la gogue, puis je me retire, invite la goguée à devenir goguante, et invite une nouvelle personne à venir se faire goguer, et ainsi de suite. Lorsque j’estime qu’il est temps de passer à autre chose ou lorsque les deux dernières personnes ont fini leur premier duo, je viens me faire goguer pour finir (afin que la dernière goguée puisse également devenir goguante sans que quelqu’un d’autre passe deux fois).

GOGO A DEUX VOIX AU LOOPER

Se dire intérieurement « Go » à soi-même et trouver rapidement une boucle, l’enregistrer rapidement, puis instantanément démarrer un solo (ou autre). Arrêter simultanément le solo et la boucle, et sans une seconde de silence, pendant qu’on a le doigt pressant le bouton d’effacement de la boucle (si on a par exemple un RC505), trouver rapidement une nouvelle boucle, si possible dans une autre ambiance, et recommencer le processus.

UN·E SEUL·E GOGUANT·E & PLUSIEURS GOGUE·E·S

En sous-groupe de par exemple trois personnes (on peut diviser tout le monde en sous-groupes, ou bien le reste du groupe peut observer en silence), personne A désigne et dit « go » à B qui démarre immédiatement une boucle. Puis A dit « go » cette fois à personne C qui lance immédiatement une autre boucle. Si on ne joue qu’à trois, personne A fait alors un solo avant de tout arrêter et redire « go » cette fois à C en premier, puis à B, refaire un solo et arrêter tout. On peut refaire un deuxième round identique sur la lancée, ou bien laisser la place à d’autres personnes, ou encore échanger les rôles et recommencer (B devient le·la goguant·e). On peut jouer avec autant de goguées qu’on veut.
On peut éventuellement attribuer des rôles aux goguées. Par exemple avec quatre goguées, A lance une boucle, B une autre boucle complémentaire, C fait une harmonie d’une des deux boucles, et D fait une rythmique non voisée.

Notes de Gaël : avec un groupe de 10-20 personnes, j’aime bien la formule suivante, à quatre : A gogue B, C et D, puis les arrête et recommence en partant de C, puis de D. Après ce troisième tour, ce n’est pas à B de goguer, au lieu de ça les quatre reviennent dans le « public » et quatre autres personnes prennent leur place. Ainsi, le groupe change souvent et cela crée davantage de dynamisme et d’excitation. Quand il y a déjà une certaine qualité d’écoute dans le groupe, j’aime aussi le faire une fois avec une goguante (au centre) et tous les autres goguées (en cercle autour).

GOGO EN DUO ACCOMPAGNE PAR LE GROUPE

Un·e volontaire, A, s’avance vers le milieu du cercle pour être « goguant·e ». Un·e autre volontaire, B, vient face à elle pour être « gogué·e ». A dit « go » à B, B se met aussitôt à chanter, trouve une boucle et la tient. A démarre un solo (ou éventuellement un autre rôle libre). Après environ une dizaine de secondes, tout le reste du groupe est libre de se mettre à chanter (ou pas) pour rajouter ce qui lui semble judicieux en termes d’accompagnement, et le faire éventuellement évoluer. Après environ une minute, A arrête B d’un geste et tout le monde s’arrête en même temps. Puis après un silence, A redit « go » à B, B se remet à chanter, et on recommence la même chose. A arrête et relance B une troisième et dernière fois. Puis A et B peuvent se remercier, A retourne dans le cercle, B devient goguant·e, et un·e autre volontaire (ou on peut aussi définir un ordre de passage), personne C, s’avance pour être gogué·e. On continue ainsi jusqu’à ce que tout le monde soit passé (ou pas).

Notes de Gaël : Je crois que pour moi c’est la forme ultime du gogo...

GOGO COLLECTIF / MASSGOGO

Variante assez proche du GoGo en duo accompagné par le groupe, si ce n’est que tout le monde reste dans le cercle et que chaque personne ne « gogue » et n’est « gogué·e » qu’une seule fois, et qu’on ne dit pas « go » (sauf une fois au début).
Tout le monde est en cercle. La personne facilitatrice (ou n’importe qui – personne A) dit « go » à la personne en face d’elle de l’autre côté du cercle (personne B) et B trouve rapidement une boucle. A démarre un solo dès qu’elle croit avoir saisi la boucle. Le groupe attend quelques mesures, ou davantage s’ils en ont besoin notamment pour saisir la tonalité, puis ils rajoutent librement des parties d’accompagnement. Au bout d’environ une minute, A arrête tout le monde d’un geste et trouve immédiatement une nouvelle boucle, si possible dans une autre ambiance (A passe donc alors du rôle de goguante au rôle « d’auto-goguée »). C’est alors la personne à la gauche de B (personne C) qui fait le solo. La même chose recommence, puis C arrête tout le monde d’un geste et trouve une nouvelle boucle, et c’est alors à la personne à la gauche de A (personne D) de faire le solo, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’on ait fait tout le tour et que B ait également fait un solo. Si le nombre total de personnes est pair, alors il est nécessaire que quelqu’un change de place pour que les deux dernières personnes se retrouvent face à face.

Sources : Gaël Aubrit (merci de commenter si vous connaissez d’autres sources)

Laisser un commentaire