Compter la métrique de sa boucle

Avoir conscience de la métrique de sa boucle peut être utile lorsque l’on cherche à créer de la complémentarité rythmique entre les différentes boucles d’une circlesong ou d’une co-improvisation ou que l’on cherche à mieux comprendre la musique et ce que l’on chante.

EN GROUPE OU SEUL : Deux méthodes pour apprendre à compter la métrique de sa boucle.

Méthode n°1 : des pieds au doigts
– Chanter une boucle
– Trouver la pulsation de cette boucle avec les pieds
– Jouer à multiplier/diviser la pulsation de cette boucle
– Lorsque cette étape est devenue facile et confortable, continuer à chanter la boucle et, en même temps que l’on tape la pulsation avec les pieds, trouver la pulsation avec les doigts. Chaque doigt représente une division de la pulsation, en partant du pouce jusqu’à l’auriculaire. Arrivé à l’auriculaire on recommence pouce jusqu’à auriculaire, et ainsi de suite. Certaines personnes choisiront en général de taper les doigts sur leur poitrine, d’autres sur leur cuisse. A chaque début de boucle, l’on recommence avec le pouce.
– Prendre le temps se rendre compte que la pulsation tapée aux pieds et celles tapée ne correspond peut-être pas à la même multiplication/division de la pulsation. L’idée n’est pas forcément d’avoir la même multiplication/division, l’expérience montrant que la pulsation des doigts est en générale plus rapide que celle des pieds.
– Le nombre de doigts contenu dans le chant d’une boucle correspond à la métrique de la boucle.
Par exemple, si lorsque je chante une fois ma boucle, je tombe sur 8 doigts, alors je sais que je chante une boucle en 4. Si je tombe sur 7 doigts je chante une boucle en 7. Etc.

Méthode n°2 : des pieds au doigts par le 4
– Lancer une pulsation aux pieds
– Compter 1, 2, 3, 4 : chaque pied correspond à un chiffre
– A chaque fois que l’on pose un pied, émettre une note : il y a donc 4 notes chantées sur 1,2,3,4
– Expliquer que ce que l’on chante est une boucle en 4.
– Tout en continuer à chanter et à taper la pulsation aux pieds, faire taper cette même pulsation avec les doigts. Chaque doigt représente une division de la pulsation (1,2,3,4) en partant du pouce jusqu’à l’auriculaire. Certaines personnes choisiront en général de taper les doigts sur leur poitrine, d’autres sur leur cuisse. L’annulaire correspond au chiffre 4. Lorsque l’on recommence à chanter la boucle, on recommence à taper avec le pouce.
– Sur cette même boucle, jouer à diviser/multiplier la pulser tantôt avec les pieds, tantôt avec les doigts, tantôt avec les deux.
– Lorsque cette étape est acquise, chanter une nouvelle boucle et faire trouver les pulsations aux pieds puis aux doigts.
– Le nombre de doigts contenu dans le chant d’une boucle correspond à la métrique de la boucle.
Par exemple, si lorsque je chante une fois ma boucle, je tombe sur 8 doigts, alors je sais que je chante une boucle en 4. Si je tombe sur 7 doigts je chante une boucle en 7. Etc.

Une fois que la capacité à compter avec les doigts est acquise, pour s’entraîner à développer la conscience de la métrique de ses boucles : chanter une boucle au hasard, compter la métrique de la boucle, puis recommencer.

Sources : Gaël Aubrit, Camille Pascal (merci de commenter si vous connaissez d’autres sources)

Laisser un commentaire